Loading...

Les lois du Royaume des cieux - 2/5

Nous avons parlé de la sagesse de Dieu comme étant, entre autres, sa manière de mettre ses plans en œuvre, et remarquons que plusieurs passages de la Bible mettent sa sagesse sur le même plan que sa puissance. Les deux sont en effet indissociables. Lisons Jérémie 10,12 : « Il a créé la terre par sa puissance, Il a fondé le monde par sa sagesse ».



Et encore 1 Corinthiens 1,23-24 : « Nous, nous prêchons Christ crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les païens, mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs ». Et je voudrais faire remarquer autre chose dans ce passage. C’est que Dieu a décidé que notre salut et notre réconciliation avec lui passeraient par la mort de son fils unique à la croix. Quelle folie ! ont dû se dire les disciples du Seigneur. Pourtant la « folie » de la croix est un plan parfait, et le plus puissant qui n’ait jamais eu lieu.



La sagesse et la puissance de Dieu sont donc intimement liées. Lorsque Dieu prépare quelque chose dans sa sagesse immense, il accorde également la puissance nécessaire à la réalisation de cette chose. En d’autres termes, lorsque Dieu envoie, il pourvoit. Mais ça n’arrive pas forcément de la manière attendue, car nous ne sommes plus restreints seulement aux lois physiques, nous recevons une autorité de Dieu pour agir dans le spirituel et transformer la situation présente. Nous allons pouvoir accomplir des miracles et des prodiges, par l’Esprit de Dieu et au nom de Jésus-Christ.



Nous devons connaître ces lois spirituelles, cette nouvelle autorité, les utiliser, comme Elisée, en étant à l’écoute du Saint-Esprit. Ce sont les lois de notre Royaume, du Royaume de Dieu. On l’appelle aussi le Royaume des Cieux, or les « Cieux » en questions, ce sont les lieux spirituels. L’Eternel gouverne tout, est au-dessus de tout.



Ceci étant dit, observons un autres passage biblique qui manifeste ces nouvelles lois du Royaume, la puissance de Dieu qui répond à son appel. Josué 3,14-17 : « 14 Le peuple sortit de ses tentes pour passer le Jourdain, et les sacrificateurs qui portaient l’arche de l’alliance marchèrent devant le peuple. 15 Quand les sacrificateurs qui portaient l’arche furent arrivés au Jourdain, et que leurs pieds se furent mouillés au bord de l’eau, — le Jourdain regorge par-dessus toutes ses rives tout le temps de la moisson, 16 les eaux qui descendent d’en haut s’arrêtèrent, et s’élevèrent en un monceau, à une très grande distance, près de la ville d’Adam, qui est à côté de Tsarthan ; et celles qui descendaient vers la mer de la plaine, la mer Salée, furent complètement coupées. Le peuple passa vis-à-vis de Jéricho. 17 Les sacrificateurs qui portaient l’arche de l’alliance de l’Eternel s’arrêtèrent de pied ferme sur le sec, au milieu du Jourdain, pendant que tout Israël passait à sec, jusqu’à ce que toute la nation ait achevé de passer le Jourdain ».



L’appel de Dieu était de faire passer tout un peuple à travers le Jourdain en crue. Quelle stratégie a-t-il révélé à son serviteur Josué ? D’y avancer avec l’arche de l’alliance, et dès que les pieds des sacrificateurs toucheraient l’eau, alors quelque chose d’incroyable va se produire. Et le plus extraordinaire, c’est qu’ils ont obéi et se sont avancés près des eaux du fleuve. A leur place, qui n’aurait pas craint d’être emporté par le courant ? Mais ils ont cru en l’Eternel, ils ont obéi à son ordre et le miracle est intervenu. Ce qui semblait humainement fou s’est trouvé être le canal de la victoire.



Et l’on pourrait citer beaucoup d’autres exemples de stratégies données par Dieu et dont les résultats ont dépassé le cadre des lois naturelles. Elisée, avant de faire son offrande à Dieu devant les prophètes de Baal, a trempé son autel et son animal avec de l’eau. Le feu de Dieu est tombé dessus et a néanmoins tout consumé, preuve que la puissance de l’Eternel ne dépend aucunement des circonstances. Nous lisons également le récit de Jésus qui marche sur l’eau pour passer de l’autre côté du Lac, ou utiliser de la boue pour guérir un aveugle (Jean 9), alors qu’à un autre moment, il utilise seulement sa salive (Marc 8) et qu’à un autre moment encore, il proclame simplement la guérison.



Mais quelle que soit la situation, la puissance de Dieu est manifestée pour l’accomplissement de ses plans, selon sa sagesse. Venant de Dieu, elle n’est pas limitée. C’est ce que nous ne devons pas oublier. La puissance libératrice, transformatrice, créatrice de Dieu est à portée de main et est sans limite, dès l’instant que nous sommes prêts à recevoir sa parole et à y obéir.








article précédent





© Cédric Fruhinsholz, septembre 2018